The Brain

C’est à toi que je m’adresse, oui, à toi, mon cerveau capricieux.  Toi dont les circonvolutions sont capables du pire comme du meilleur.  Toi qui me mets le cœur en joie lorsque tu trouves un bon mot, une phrase rigolote ou une vanne particulièrement bien sentie et que tu sais, en ton for intérieur, qu’elle fera rire tes contemporains, ce qui, entre nous, est une belle forme d’autosatisfaction en restant poli ou autosuçage si tu décides de faire dans le graveleux bigardesque.  Toi aussi que j’ai envie de jeter par la fenêtre avec le bébé et l’eau du bain quand décidément tu n’es bon à rien, que tu es incapable d’aligner deux adjectifs et un nom commun et que tu réagis comme un sale gosse en croisant les bras et en m’infligeant un bon vieux mal de tête qu’un surdosage costaud de dix aspirines n’arrive pas à endiguer.

Nous vivons ensemble depuis de nombreuses années déjà mais je ne te connais pas si bien que ça finalement.  Toi aussi, tu dois avoir des zones d’ombre qui te hantent, des blessures cachées, restées à vif.  Tu as peut-être été le souffre-douleur à l’école des cerveaux, celui dont on vidait le cartable dans la grosse poubelle verte pour s’amuser à le faire pleurer.  Je te préviens quand même, en toute amitié virile, que la prochaine fois que tu décides de faire ta mauvaise tête, blessures cachées ou pas, je te balance au premier zombie qui passe, tes zones d’ombre, il en fera son dessert.

Publicités
  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :